You can still browse on our previous website. Please ask for prices and availaibility.

Lancement / book launch : catalogue de Rémi Groussin
January 30, 2015

Lancement du catalogue de Rémi Groussin aux éditions Dilecta, avec les contributions de Catherine Guiral, Camille Azaïs, Guillaume Mansart, Rémi Groussin

Vendredi 30 janvier, 19h – 21h 

Les Éditions Dilecta publient la première monographie de Rémi Groussin, qui propose dans ce livre «à compléter» un making-of(f) de son travail, sorte de visite dans les coulisses d’atelier, où la fabrique, la production et le maquillage rivalisent avec la sculpture achevée.

Guillaume Mansart : C’est la notion de « making off » (et non de « making-of ») qui a conduit à la réalisation de ce livre. Pouvez-vous me dire ce que ce terme induit pour vous ?

Rémi Groussin : J’ai utilisé ce terme pour une vidéo en 2011, qui faisait partie d’un projet sculptural en trois étapes. Cette étape de « making off » était la destruction partielle d’une voiture par des mécaniciens et des cascadeurs dans un décor de casse automobile gigantesque. J’aimais le jeu de mot mais surtout le statut qu’il donnait à cette vidéo entre documentaire, vidéo performative et œuvre. Aujourd’hui, je traduirais « making off » par « mettre à mal ». Au cinéma le making-of révèle les décors du studio et renvoie le film à la réalité de son tournage. La magie du récit est rattrapée par le tangible. Dans mon travail, j’essaie de m’intéresser à ce qui est hors-cadre, je possède un grand nombre de photos et de croquis qui montrent mes pièces avant, pendant et après l’exposition. Nous avons donc choisi d’aborder ce livre comme l’endroit où l’on peut voir le travail se construire. Les images ont des statuts différents, on peut reconnaître les projets à différents stades. Pour ce livre, j’avais cette envie donner une prise directe avec la mécanique à l’œuvre dans mon travail. {Ce passage est extrait de l’interview publiée dans le livre}

Rémi Groussin est né en 1987. Il vit et travaille à Toulouse. Diplômé en 2010 de l’ISDAT beaux-arts de Toulouse avec les félicitations du jury, il a également étudié un an à la Haute École d’arts plastiques de Brunswick auprès du sculpteur berlinois Thomas Rentmeister. Rémi Groussin a poursuivi son travail à l’aide de plusieurs résidences artistiques très liées à des notions contextuelles : les Ateliers Astérides à Marseille, la Villa du Lavoir à Paris, la Malterie à Lille, Kulturamt à Düsseldorf ou encore Est-Nord-Est au Canada. En 2014, il était accueilli à Nekatoenea, résidence d’artiste à Hendaye où il a préparé une exposition en deux volets : « Cuesta Verde » au Pavillon Blanc à Colomiers et la seconde, « Écran Total » en octobre 2014 à la Villa Béatrix Enea à Anglet.

Camille Azaïs est ancienne élève de l’Ecole normale supérieure où elle obtient un Master en Sociologie de l’art, elle est auteur de nombreux textes de critique d’art et commissaire d’expositions indépendante. Elle fait partie des rédacteurs permanents de la revue en ligne Tombolo et travaille pour la galerie-librairie Florence Loewy.

Catherine Guiral est membre du studio Officeabc, auteur de nombreux textes sur le design graphique, chercheuse au Royal College of Art à Londres et professeur à l’ENSBA de Lyon.

Guillaume Mansart est auteur et co-dirige Documents d’artistes à Marseille, critique d’art indépendant et membre de la rédaction du journal Horsd’oeuvre depuis 2000.