You can still browse on our previous website. Please ask for prices and availaibility.

SIGNATURE Raphaël ZARKA
October 21, 2006

RAPHAËL ZARKA
UNE JOURNÉE SANS VAGUE CHRONOLOGIE LACUNAIRE DU SKATEBOARD 1779-2005
PARUTION 28 NOVEMBRE 2006 – 112 PAGES

50 exemplaires sont accompagnés d’un tirage photographique (Lambda,  
12,8×18,8 cm) original numéroté et signé de l’artiste constituant les  
tirages de tête de cette première édition. Sous forme de coffret.
———————————————————————
Découverte de paysages, production de formes,  usage transversal et  
réappropriation de parcelles du quotidien, voilà quelques-uns des axes  
qui définissent le skateboard en tant qu’activité. Dans une position  
qui n’est pas sans rappeler l’intérêt d’artistes tels que Dan Graham ou  
Robert Smithson pour les cultures populaires, Raphaël Zarka se  
documente et écrit au sujet du skateboard depuis plusieurs années.  
Après une approche anthropologique du skateboard ( La Conjonction  
Interdite , 2003), D’une Journée sans vague… décrit l’évolution de  
cette pratique de ses origines aquatiques jusqu’à l’ambivalente  
popularité médiatique dont elle jouit depuis quelques années.

Tout aussi lacunaire qu’elle puisse être, cette chronologie du  
skateboard est, sans précédant, le seul ouvrage sur ce thème disponible  
en langue française.Ce texte hybride écrit par un artiste, ne s’adresse  
aucunement aux seuls adeptes du skateboard; écrit dans un style sobre  
et accessible pour tous, il s’apparente à ce que les anglosaxons ont  
nommé les « Cultural Studies », l’étude (socio-historique) des cultures  
minoritaires ou populaires. Sa singularité est liée au point de vue de  
l’auteur, artiste et non historien.
Un index détaillé permet une lecture non linéaire du texte et fait de  
ce livre une véritable petite encyclopédie du skateboard.

EXTRAITS
1779
Resolution et Discovery accostent dans la baie de Karakakooa sur la  
Grande île d’Hawaii. Le Capitaine James Cook et son lieutenant James  
King sont les premiers à décrire les coutumes des hawaiiens dont celle  
du he’e nalu qui consiste à glisser (= he’e) sur une vague (= nalu)  
debout sur une longue planche en bois.
2005
En novembre paraît le 300e numéro de Thrasher . Le magazine ne revient  
pas cette fois-ci sur l’histoire du skateboard et laisse aux plus  
obstinés des lecteurs le soin de rédiger selon leurs moyens, les plus  
lacunaires des chronologies.

L’AUTEUR
Raphaël Zarka est né à Montpellier en 1977, il est diplômé de la  
Winchester School of Art (Angleterre) et de l’École nationale  
supérieure des beaux arts de Paris. Depuis 2002 son travail qui  
comprend sculptures, photographies et vidéos est exposé en France dans  
diverses expositions collectives et personnelles. Le projet Pentacycle  
, réalisé en collaboration avec Vincent Lamouroux, vient de rentrer  
dans les collections du Frac Franche-Comté.
Le skateboard occupe une place privilégiée au sein du travail de  
Raphaël Zarka qui lui a consacré une première étude, La Conjonction  
Interdite , publiée par les éditions Moinsun à Marseille (2003) puis  
dans une version légèrement raccourcie dans le numéro cinq de la revue  
Trouble (Presses du Réel, 2005).
À ce texte théorique fait suite D’une journée sans vague, Chronologie  
lacunaire du skateboard , dont l’approche est cette fois historique. Un  
troisième et dernier volet, une approche esthétique du skateboard, est  
actuellement en cours de réalisation.
En tant qu’essayiste, Raphaël Zarka se place dans une lignée d’artistes  
de Robert Smithson à Rodney Graham en passant par Dan Graham et  
Philippe Parreno, pour qui l’œuvre d’art et le travail du plasticien ne  
sauraient se limiter à une approche physique du monde.