You can still browse on our previous website. Please ask for prices and availaibility.

Daniel JOHNSTON
November 4 — December 3, 2003
See available works :

Daniel Johnston : sans avoir jamais connu un franc succès, Daniel Johnston reste un nom essentiel pour tout un pan du Rock Alternatif américain, pour l’influence considérable qu’il aura eu sur des artistes aussi divers que les Butthole Surfers ou Yo La Tengo. Né en 1961, son activité musicale commence au début des années 80. Installé à Austin, ses premières productions sont essentiellement de brèves démos enregistrées sur cassettes. Malgré un jeu et une voix très approximatifs, ses mélodies directes et ses paroles naïves et touchantes dont le sujet récurrent est le manque de compréhension lui valent une petite gloire locale. A partir de 1985, un premier passage sur MTV lui ouvre quelques portes : il signe pour Blast First puis pour Homestead, et voyage à New York où il rencontre et joue avec Moe Tucker du Velvet Underground, Sonic Youth et Jad Fair.

Décisive, la rencontre avec Jad Fair est l’occasion d’un album en commun. S’ouvre alors une période de reconnaissance pour Daniel Johnston, en même temps que s’affirment des signes inquiétants de folie. En effet, le chanteur sera interné plusieurs fois et interdit de quitter le sol américain. L’année 1992 est l’autre date clé de sa carrière : alors que Bill T. Jones choisit la musique de Yip/Jump Music pour Love Defined, son nouveau spectacle, Kurt Cobain apparaît aux MTV Awards avec un t-shirt reprenant la pochette de Hi, How Are You. Cette publicité lui permet de signer sur une major, Atlantic, et de sortir Fun, son album le plus produit, en 1994. Au même moment Kathy McCarty lui consacre un album de reprise, Dead Dog’s Eyeball. Malgré l’hommage que lui rend la scène lo-fi alors au sommet de l’actualité, et l’excellence de Fun, Daniel Johston est finalement éjecté d’Atlantic et se consacre désormais aux expositions de ses peintures et dessins.