You can still browse on our previous website. Please ask for prices and availaibility.

Sept Mondes/Paradise now
June 23 — July 13, 2012
See available works :
FR

Soirée de lecture des Sept mondes, de Marylène Negro Samedi 23 juin / 19h-21h

En présence de Marylène Negro et des auteurs : Nicole Brenez, Jehanne Dautrey, Suzanne Doppelt, Marie Muracciole, Gaelle Obiégly

Cette soirée sera suivie d’une présentation de nouvelles éditions. 

Sept mondes Marylène Negro, Sept mondes, Analogues, Arles, 2012, 14,5 x 21,5 cm, relié, 80 p., ill. coul., français/anglais «Les films de Marylène Negro sont des espaces ouverts à notre devenir, des espaces où nous pouvons nous-mêmes nous introduire et prendre place. Même si nous n’y voyons que très rarement des visages humains, de telles œuvres reposent sur une dimension évidente d’hospitalité.»* Des films faits le plus souvent d’images fixes, et parfois d’une seule image qui se modifie de manière imperceptible mais suffisamment pour qu’un changement se manifeste et témoigne que du temps a passé, que l’image est devenue. On est face à l’image comme on est face à soi-même. Ce que l’on y voit dépend du temps que l’on se donne, ainsi que l'énonce Marylène Negro. Sept auteurs ont écrit très librement d'après l’un des films de Marylène Negro, mêlant leurs mondes à celui de l'artiste. Nicole Brenez a choisi x+, Jean-Christophe Bailly les biches, Gaelle Obiégly weg, Suzanne Doppelt pa, Marie Muracciole ich sterbe, Jonathan Rosenbaum seeland, Jehanne Dautrey c’est vous. Et Jean-Michel Alberola a proposé en préambule 8 Paragraphes pour M.N. Cet ouvrage est publié chez Analogues, en partenariat avec la Ville de Poitiers et avec le soutien du Centre national des arts plastiques (aide à l’édition), ministère de la Culture et de la Communication, de la Drac Poitou-Charentes et de la Région Poitou-Charentes. *Rodolphe Olcèse, Bref le Magazine du court métrage, n°92 mai-juin 2010, p.24


EN

Seven Worlds  » Marylène Negro’s movies are spaces open to our future, spaces were we can introduce ourselves and take place. Even if we only rarely see human faces, such works rely on a clear hospitality dimension.  » Movies often made of fixed images, and sometimes of a single image, modifying itself in an imperceptible way but enough to manifest a change and testify that time has passed, that the image became. We are in front of the image as we are in front of ourselves. What we see depends of the time we take, as Marylène Negro says. Seven authors have written freely after one of Marylène Negro’s movie. Nicole Brenez chose x+, Jean-Christophe Bailly les biches, Gaelle Obiégly weg, Suzanne Doppelt pa, Marie Muracciole ich sterbe, Jonathan Rosenbaum seeland, Jehanne Dautrey c’est vous. And Jean-Michel Alberola proposed 8 Paragraphes pour M.N. This book is published by Analogues, with the Town of Poitiers and the support of the Centre national des arts plastiques, of the ministère de la Culture et de la Communication (assistance for edition), the Drac Poitou-Charentes and the Région Poitou-Charentes. *Rodolphe Olcèse, in Bref le Magazine du court métrage, n°92 mai-juin 2010, p.24